Mise en place d’un système intégré de surveillance pour la tuberculose et l’infection au VIH en Haïti

Ecrit par Dr Erlantz Hyppolite, Manager de recherche pour la NASTAD Haïti, et Anna Carroll, Associé, NASTAD Global Program

“Nous ne pouvons pas gagner la bataille contre le SIDA si nous ne combattons pas également la tuberculose.”

- Nelson Mandela, XVe Conférence internationale sur le SIDA, Bangkok, Thaïlande

Tuberculosis

Mycobacterium tuberculosis

Nelson Mandela a été l’un de ceux qui a souligné l’importance de cibler l’épidémie de la tuberculose (TB) dans le cadre de l’effort mondial pour combattre et éliminer le VIH et le SIDA. En Haïti, le personnel de la NASTAD travaille sur l’étendue du territoire dans cette même vision, de réduire la morbidité et la mortalité liée à l’infection au VIH et à la tuberculose  cela. Aujourd’hui, en Haïti, il est estimé à  150 000 le nombre de personnes vivent avec le VIH, ce qui correspond à 2,1% de la population adulte. Venant s’ajouter au fardeau de l’épidémie de VIH un nombre important d’individus atteint de tuberculose: on estime que 30 000 personnes vivent avec la tuberculose en Haïti, et environ 20% de ces patients atteints de tuberculose ont été identifiés comme VIH séropositifs. En 2012 seulement, il y avait 4 300 nouveaux cas de coïnfection VIH/Tb dépistés et rapportés. La tuberculose est aussi l’une des causes les plus fréquentes de décès chez les personnes vivant avec le VIH. La coïnfection  VIH/TB représente un énorme défi pour la communauté Haïtienne et la sante publique en Haïti.

Bien que ces statistiques nous donnent une idée de la gravité de la coïnfection VIH/TB, il existe toutefois une limitation dans la confirmation de diagnostic des cas actifs de TB et des personnes exposées. Il est estimé que jusqu’à 40% des personnes vivant avec la tuberculose en Haïti restent non encore diagnostiquées. Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) s’est fait une priorité de recueillir des données plus fiables et complètes pour ces deux pathologies afin de  mieux comprendre les tendances et de les combattre plus efficacement,  avec pour objectif ultime de réduire la prévalence de la tuberculose de 25% d’ici 2015. Reconnaissant l’importance d’aborder la surveillance de la tuberculose et de l’infection au VIH de manière coordonnée, le bureau de la lutte contre la tuberculose du MSPP (PNLT/MSPP) collabore avec la NASTAD depuis 2013 pour développer un système intégré de surveillance de cas de tuberculose  et du VIH dont le rôle de la NASTAD a été essentiel dans la phase d’ implémentation et  d’assurer de façon continue son maintien et extension.

En Mars de l’année 2013, le personnel de la NASTAD a initié un projet d’expansion du système associant la surveillance active des cas de tuberculose au système de surveillance de VIH déjà existant. Pour ce faire, la NASTAD a organisé des formations à Port-au-Prince pour le personnel clé travaillant à différents niveaux dans les cliniques de tuberculose incluant : les gestionnaires de sites, les infirmières responsables de tuberculose, les auxiliaires et les officiers de rapportage communément appelés « Disease Reporting Officers » ou « DRO ». Suite à cet effort, 134 personnes provenant de 60 institutions à travers Haïti ont été formés sur le système de notification de cas de tuberculose développé pour capturer et assurer le suivi des cas diagnostiqués. Au cours de ces formations, les participants ont eu l’opportunité  de découvrir et d’engager des discussions sur les concepts clés qui définissent la surveillance par notification de cas, incluant l’importance de la sécurité et de la confidentialité, l’utilisation du formulaire électronique de rapport utilisé pour signaler systématiquement tout nouveau cas de tuberculose, et la coïnfection VIH/TB . Une infirmière responsable de la clinique de tuberculose à  l’Hôpital Foyer Saint Camille, exprime son adhésion à la formation et au nouveau système de surveillance de la tuberculose : «Le système de surveillance de la tuberculose par notification de cas sans nul doute m’aidera à mieux réaliser le suivie de mes patients et également va me permettre d’être plus précise dans la rédaction de mes rapports pour le Programme National de Lutte Contre la Tuberculose ».

Dr Erlantz Hyppolite, Manager de recherche pour la NASTAD Haïti

Les participants ont également pu s’exercer en utilisant le système électronique de rapportage en ligne  pour une meilleure compréhension du fonctionnement du système de notification de cas. Ils ont aussi reçu des outils manuels développés pour le rapportage systématiquement de  nouvelles infections et de coïnfection VIH/TB. «  Les formations ont été bien accueillies par les institutions qui y ont pris part. Les gestionnaires de programme sont plus édifiés et comprennent maintenant comment le système de surveillance va permettre au Ministère de la Santé de mieux évaluer l’impact de la tuberculose et l’interaction de la coïnfection VIH/TB  suite à la disponibilité des informations générées en temps réel sur les nouveaux cas. Les institutions bénéficieront également, de ce système qui les  aidera mieux à assurer un suivi rapproché de  leurs patients respectifs », a expliqué le Dr Erlantz Hyppolite, responsable de recherche et du programme de surveillance de la tuberculose pour la NASTAD.

Dr Hyppolite poursuit: « Le système est maintenant opérationnel dans 38 institutions et a déjà capturé 759 cas uniques  Plus d’une centaine de ces cas ont également été testés positifs pour le VIH. L’accompagnement de ses institutions par des visites de supervision et d’assistance technique s’avère très important pour renforcer le nouveau système et assurer le contrôle de qualité des données. » En Janvier 2014, le personnel de NASTAD Haïti a commencé des visites de terrain ciblant chacune des 60 cliniques de tuberculose ceci afin d’assurer un suivi de la formation du personnel,  la supervision de la bonne marche du système électronique et d’apporter un soutien technique aux personnels chargés de la surveillance des cas de tuberculose. Avec l’existence  du système intégré de notification de Cas VIH/TB, NASTAD participe au renforcement des capacités du Ministère de la Santé pour améliorer la surveillance de la tuberculose et de la coïnfection VIH/TB qui vient support à la compilation et l’utilisation de données plus fiables et plus complétés et rapportées en temps réels afin d’évaluer de manière plus efficace le développement des stratégies de prévention VIH/tuberculose et comprendre les progrès réalisés en matière de traitement et de soins.